Grâce à un laser révolutionnaire, la Polyclinique Majorelle propose aux femmes une solution efficace et pérenne à la sécheresse vaginale.

 

Les troubles vaginaux, tels que la sécheresse, la sensation de brûlure et l’incontinence urinaire, peuvent survenir durant la ménopause, après l’accouchement ou suite à un traitement d’un cancer hormonal. L’atrophie vaginale en est souvent la cause : un trouble qui peut avoir de nombreuses répercussions sur la qualité de vie et la relation de couple.

 

Sur les 11 millions de femmes ménopausées en France, 25% à 50% sont concernées par l’atrophie vaginale (données AFEM). Même si elle est beaucoup plus rare (environ 10 000 femmes), la ménopause induite par le traitement d’un cancer hormono-sensible est également très préoccupante car elle touche des femmes jeunes.

 

Parmi les femmes qui en souffrent :

  • 75% affirment que l’atrophie vaginale influent négativement sur leur vie
  • 63% admettent que l’atrophie vaginale est un état chronique
  • 44% ne consultent pas de gynécologue pour trouver une solution

 

Jusqu’à présent, pour contrer ce phénomène, il existait peu de moyens : quelques crèmes, gels, ovules… Dorénavant, les femmes peuvent bénéficier d’un traitement laser de rajeunissement vaginal, indolore et mini-invasif. En agissant délicatement sur le tissu de la muqueuse vaginale, le laser redonne aux tissus la tonicité et l’élasticité typiques de ceux d’une femme en âge de procréer, d’où les effets positifs sur la qualité de vie et sur la relation du couple.

 

« Grâce à l’utilisation de cette technologie, mes patientes soulignent une amélioration de leur qualité de vie avec une diminution des brûlures et des démangeaisons vaginales notamment, indique Dr David TISSERANT, chirurgien gynécologue. Elles retrouvent une sexualité épanouie. Elles apprécient également que le traitement ne dure que quelques minutes, qu’il est strictement indolore et dénué de tout effet secondaire. Les effets positifs se font ressentir très rapidement. »